La première fois que j’ai mis les mains sur Final Fantasy VII, aka LE jeu de la Playstation et peut-être même un des meilleurs jeux de tous les temps, c’était en 2011 et j’ai été moyennement conquis. L’envie de tenter à nouveau l’aventure avec ce titre devenu culte pour bon nombre d’entre nous, est liée à la sortie de Final Fantasy VII Remake le 10 avril dernier. Le flot d’éloge m’a convaincu de connaître le titre original avant de me plonger dans cette revisite contemporaine. Alors qu’est-ce qui a pu me faire changer d’avis, 9 ans plus tard en 2020 ?

Final Fantasy VII PSP

En 2011 et sur PSP je suis arrivé à la fin du CD2, en cherchant la clé des anciens sous l’eau. Ce moment m’a paru interminable et j’y ai passé des heures en vain. Aujourd’hui je me suis rendu compte que j’étais vraiment proche de la fin 🙂 Honnêtement, faire FF7 en 2011 relevait presque du sadisme. Le jeu est très lent, les personnages sont lents, les dialogues sont lents, le split de l’écran pour commencer les combats, la célébration de fin de combat… Bref, tout est horriblement lent, et les combats aléatoires n’arrangent pas les choses. J’avoue que ça m’a un peu gâché l’expérience et que je n’ai pas profité du jeu comme je l’aurais du. Puis le jeu a été porté sur Switch et PS4, et il est enfin devenu jouable ! Ce n’est pas une critique du jeu de 1997, mais bien du jeu de 1997 joué en 2011.

Final Fantasy VII

Final Fantasy VII Switch

En 2019, Final Fantasy VII débarque sur la console hybride du moment, avec tout un tas de fonctionnalités supplémentaires, également disponibles sur les autres supports. La possibilité d’augmenter la vitesse du jeu permet d’en finir avec les déplacements lents à souhait, l’endormissement devant les dialogues et les attentes interminables pour engager et terminer un combat. L’invincibilité remonte la vie au maximum après chaque coup encaissé, du coup la mort n’arrive que si l’adversaire est capable de vous one shot. Enfin, désactiver les combats aléatoires permet de respirer à chaque balade sur la mappemonde et dans les zones d’affrontements. Ajoutons à tout ça le lifting graphique, et le jeu devient enfin jouable.

Un gameplay enfin accessible

Alors pour moi ces trois fonctionnalités changent fondamentalement le jeu. J’ai enfin pu profiter du scénario et de l’ambiance du titre sans m’embourber dans un tas de mécaniques aujourd’hui révolues. J’ai terminé (ok rushé) le jeu en 15 heures environ. J’ai surement raté des choses, mais le poids du jeu fait en 2011 sur mes épaules s’est quand même ressenti et j’ai voulu aller à l’essentiel. Mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier la psychologie et le développement des personnages comme Clad, Tifa ou encore Aerith. D’ailleurs la relation entre ces trois personnages va évoluer durant l’aventure et si au début j’ai préféré Tifa à Aerith, la tendance a fini par s’inverser à la fin du CD1 🙂

Final Fantasy VII

Le gros point noir

Même si l’expérience a été beaucoup plus positive, la traduction, qui est apparemment celle du titre d’origine, est vraiment à chier ! Si au début je trouvais le scénario un peu confus, et certains personnages un peu chelou, c’est en fait la traduction qui va de contre-sens en contre-sens et qui m’a perdu plus d’une fois. A la fin de l’histoire j’ai du aller lire des résumés sur internet pour comprendre le pourquoi du comment, le vrai parcours de Clad, la non existence de Sephiroth et surtout, l’histoire de Zack. Cette dernière est surement la mieux expliquée, mais bordel, dans une scène annexe qu’on ne voit pas si on ne retourne pas dans un certain endroit, alors qu’elle nous ramène juste avant le début du jeu.

Final Fantasy VIIGlobalement c’était une super expérience, que je ferai surement encore une fois plus tard avec une vraie traduction. En attendant, j’ai hâte de mettre la main sur Final Fantasy VII Remake.
Et quelqu’un peut m’éclairer sur le triangle Aerith/Cloud/Tifa ? Ce serait surement simple à comprendre pour une fille, mais moi j’arrive pas à savoir si Cloud veut se faire son ami d’enfance ou la belle fleuriste ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrire un commentaire
Votre nom