Trophée Platine, une antinomie au plaisir du jeu

L’obtention récente du trophée platine de Dragon Quest XI sur PS4 a soulevé une question à laquelle chaque joueur devrait réfléchir. Mais bordel, à quoi ça sert ? Et la seule vraie réponse est : à rien ! Laissez-moi tenter de vous expliquer le parcours qui m’a amené à cette conclusion 🙂

Ma découverte des trophées

Si j’en crois mon compte PSN, j’ai commencé Sly 2 sur PS3 en 2013 et j’ai obtenu le platine en 2014. Cela correspond au moment où je me suis intéressé aux trophées. Je voulais décrocher un platine « pour voir », donc j’ai pris mon compte PSN, j’ai regardé sur quel jeu j’avais le plus haut pourcentage de complétion et je suis tombé sur Sly 2. Au bout de quelques heures à collecter différents items j’ai décroché l’ultime récompense du jeu : le Trophée Platine ! L’expérience ne m’aura pas vraiment marqué, et je me suis simplement dit que je comprenais pas le concept. J’ai donc résisté à la chasse aux trophées qu’on connu énormément de joueur jusqu’en 2018, date où j’ai platiné le premier Crash Bandicoot sur PS4. Alors, pourquoi ?

D’une fausse envie de défi…

A ce moment-là, j’ai pensé que le trophée platine relevait d’un vrai combat entre le joueur et le jeu, où seul le skill à la manette compte. Mais pourquoi ? Aucunement besoin d’un trophée pour poncer le jeu, surtout que les objectifs sont assez clair pour que le 100% soit atteignable sans aide. Alors encore une fois, pourquoi ? Surtout quand on sait qu’on peut obtenir le trophée platine sans atteindre les 100%. Gné ? Pour CB, le trophée le plus dur consiste à obtenir le chrono or dans tous les niveaux, alors qu’on peut obtenir un chrono platine. Et donc, comme certainement beaucoup d’entre nous, j’ai eu tous les chronos or, certains chronos platines, et j’étais tout content de mon trophée platine lâchement obtenu, tout comme celui des autres opus de la trilogie. On peut donc conclure que le platine de ces titres est complètement I-NU-TI-LE, et que la théorie des complétionistes est complètement fausse.

trophée platine

Petite parenthèse sur Uncharted

Où la majorité des trophées s’obtiennent en tuant un certain nombre d’ennemi de telle ou telle façon… Autant sur Crash il fallait quand même du skill, autant là c’est juste long, fastidieux, inintéressant, et peu glorieux.

… à la découverte exhaustive d’une oeuvre

J’ai fini Ni no Kuni sur PS3 en 50h en 2013, et je l’ai platiné 50h plus tard en 2019. Pourquoi ? J’étais en manque de « bons jeux » donc je me suis fixé pour objectif de le platiner. C’est la première fois que j’ai vu un réel intérêt aux trophées. Il m’a permis de continuer le jeu après sa fin, ce qu’on appelle le END GAME, et de me rendre compte que le jeu avait encore beaucoup à m’offrir ! C’est également le cas pour Dragon Quest XI où le END GAME a presque autant de contenu que la quête principale 🙂 Mais comme pour Ni no Kuni, certains trophées très long à obtenir sont complètements inutiles, comme forger pleins d’armures dans DQXI, ou réaliser tant de recettes de l’alchimarmique pour NnK. Ce sont vraiment des heures et des heures de jeu pour du VIDE, et je pèse mes mots. Une vraie purge, pour RIEN ! Ah si le platine ! Oui mais non, c’est bel et bien pour rien qu’on perd des heures que l’on pourrait passer à faire des choses plus intéressantes, dont essayer de nouveaux jeux. C’est d’ailleurs une espèce d’emprisonnement que j’ai ressenti pour DQXI : impossible de passer à un autre jeu tant que j’avais pas ce maudit platine. Une vraie prise d’otage 🙂

le trophée platine de ni no kuni

Mais alors, pourquoi ?

La première chose qui m’est venue à l’esprit, c’est qu’aujourd’hui on ne trouvais plus de solution classique, que tout passe par les trophées. Mais après vérification sur quelques sites connus c’est totalement faux. On peut trouver tout ce qu’on veut en matière de solution pour un jeu vidéo, pas besoin de chercher comment avoir un platine sur PSHTC pour pouvoir poncer un jeu.

Alors je ne vois plus que la connerie humaine liée au classement des individus combiné à une mise en concurrence directe entre amis, ou pas. Car oui, Sony a eu l’idée géniale de comptabiliser les trophées platines obtenu par un joueur, et d’incrémenter son niveau au fur et à mesure qu’il débloque des trophées. Ajoutez à ça que les consoles sont maintenant des réseaux sociaux ambulants et vous avez là la formule miracle pour que les joueurs se tirent bêtement la bourre pour savoir qui a la plus grosse. D’ailleurs, prenez l’exemple de PSNProfiles, un site qui vous donne toutes les statistiques imaginables sur l’obtention de vos trophées. Quel jour et à quel heure, vos trophées les plus rares, votre classement mondial et européen, et il compare tout le monde avec tout le monde en vous faisant une carte de visite qui mets en valeur vos supers exploits ! Mazette !

Et la palme de la crétinerie revient à ceux qui achètent un jeu car son Trophée Platine est facile et rapide… Mais encore une fois, les responsables ne sont pas ceux qui proposent, mais bien ceux qui disposent.

Une antinomie ? Oui !

En bref, au début j’ai trouvé ça inutile, puis intéressant (à tort) en jouant aux Crash Bandicoot, et j’ai bien eu la confirmation que les trophées, et particulièrement les platines ne servent à rien. Ils représentent simplement une pratique commerciale comme une autre, qui fait vendre, qui attire les clients, et qui les gardent sur leur écosystème bien plus longtemps que nécessaire. Alors je parle de Sony, mais j’imagine que c’est la même concernant les succès de Microsoft, hein. Ils sont même surement encore plus en avance que leur concurrent japonais tant leur écosystème est grand, diversifié, et peu onéreux.

Je pense que tout joueur devrait se poser la question au moins une fois : A quoi sert cette merde ? A quoi ça sert d’en avoir plus que les autres ? A quoi ça sert de passer autant de temps devant un jeu pour obtenir une reconnaissance fictive qui ne changera en rien votre vie/sociabilité/statut ? Vous avez 3h 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrire un commentaire
Votre nom