J’ai connu Okami chez un ami durant l’ère PS2, en 2007, mais le jeu ne m’a pas vraiment attiré. Son portage Wii avec le motion capture m’a également laissé de marbre, mais l’arrivée de l’émulateur Dolphin permettant de jouer à la Wii en 1080p a piqué ma curiosité. Après Xenoblade Chronicles et Zelda Skyward Sword, Dolphin m’a permis de tâter ce chef-d’oeuvre que je ne connaissais que de nom. Mais contrairement à ses deux compères, l’émulation d’Okami était très mauvaise. Cuisant échec.

C’est sa sortie sur PS3 qui me permettra de m’investir comme il faut dans le titre de Clover, qui deviendra le PlatinumGames que nous connaissons aujourd’hui. Mais jusqu’où ? Jusqu’à la moitié environ. En effet, la magie opère très rapidement dans ce monde sentant bon le Japon accompagné d’un cell-shading rappelant fortement celui de Wind Waker tant sa maîtrise en fait un jeu de toute beauté. 15h plus tard je viens à bout d’Orochi, persuadé d’avoir fini le jeu 🙂 Autant dire que ça m’a brisé les jambes, sans réussir à m’en relever, m’arrêtant carrément en cours de route à la mer de Ryoshima. C’est finalement en 2018 qu’Okami sort sur Switch, pour mon plus grand bonheur.

En août 2018, la Switch est MA console du moment, je ne touche plus ni au PC, ni à la PS4, je viens de passer 120h sur Breath of the Wild et plus de 100h sur Xenoblade Chronicles 2, le format portable étant parfait pour les moments creux des jeux chronophages. Bref, c’est l’occasion idéale pour m’y remettre, et ainsi voir Amaterasu triompher de… non non, pas de spoil 🙂

Pendant toutes ces années, même si je n’étais pas encore fan d’Okami, j’ai précieusement gardé la version PS2 du jeu, au détriment des versions Wii et PS3 asia qui ne sont pas restés longtemps sur mes étagères. Mais maintenant que j’ai fini le jeu sur Switch et que j’ai pu en trouver une version physique sur eBay pour moins cher que dans les boutiques officielles d’import (et oui, pas de version physique en France pour la Switch 🙁 ), elle risque d’être la seule édition que je garderai dans ma future gameroom

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrire un commentaire
Votre nom